moon info

 

Accueil

Cours

Wicca

 Esbats

Sabbats

Librairie

Pratique

Magie

Chakras

Divination

Herbalisme

Pierres

Bougies

Planètes, ...

Bains

Légendes

 Webzines

Downloads

 

Copyright© 2003 - 2025

Tout droit réservés

Les pages de ce site

sont un condensé de mon cours WHW

 
 
Histoire Philosophie Croyance Déités Grand Rite Les Rites Wiccans Pratique Esbats Sabbats

 

 

 

Philosophie - Rede - Traduction du Rede

 

Parce que l'art de la magie est fille de beaucoup de pères, il est difficile de mettre une tradition au-dessus des autres. Personne ne sait avec certitude d'où vient la doctrine Wicca  comme nous la connaissons aujourd’hui et beaucoup de wiccans ne sont pas d'accord à ce sujet. Un fait certain, il s’agit de la vieille religion, version moderne. Et revisitée par G. G. Gardner.

Mais une chose sur laquelle les wiccans  sont tous d'accord ce sont les principes de la Wicca,  tous comme les dix commandements de la religion chrétienne. 

Ces principes ont été adoptés par le concile des sorcières américaines au printemps 1974, à Minneapolis. La plupart des Wiccans du monde entier s'en tiennent à ces principes, bien que le concile eut été dissout peu de temps après cette réunion. 

« Le concile de sorcière trouve nécessaire de définir la magie moderne en terme d'expérience. Nous ne sommes liés à aucunes traditions, et n'avons pas prêté allégeance à une personne ou puissance autre que la divinité manifestée à travers nous.. Comme sorcières, nous souhaitons la bienvenue et respectons toutes formes d'apprentissages et de traditions. Nous cherchons à apprendre et partager nos connaissances. Nous demandons à ceux qui désirent suivre cette voie d'accepter ces quelques principes: »

Nous pratiquons les rites pour nous mettre en accord avec les rythmes naturels des forces de la vie marqués par les phases de la lune, les quatre saisons et les quatre fêtes.

Nous reconnaissons que notre intelligence nous donne une responsabilité unique envers notre environnement. Nous cherchons à vivre en harmonie avec la nature, en équilibre biologique, plaçant l’accomplissement de la vie et notre conscience au sein du concept d’évolution.

Nous reconnaissons qu’il existe une puissance plus grande que celle qui apparaît à la personne ordinaire. Du fait qu’elle est plus grande que l’ordinaire elle est parfois dite “surnaturelle”. Nous pensons cependant que c’est une erreur car il s’agit d’une potentialité naturelle.

Nous pensons que la puissance créatrice dans l’univers s’est manifestée à travers la polarité masculine et féminine et que c’est la même puissance créatrice qui crée l’interaction entre le masculin et le féminin. Nous n’en estimons aucune supérieure à l’autre, sachant qu’elles se soutiennent mutuellement. Nous pensons que le sexe peut-être considéré comme un plaisir, comme un symbole, comme l’incarnation de la vie et comme une des sources cachées de l’énergie utilisée dans la pratique de la magie et de la religion.

Nous reconnaissons l’existence des mondes extérieurs et intérieurs parfois appelés psychologiques, spirituels, inconscient collectif, etc. Nous reconnaissons l’existence d’une interaction entre ces deux dimensions qui se traduit de plusieurs manières, par exemple par la spiritualité, la magie ou les phénomènes paranormaux. En conséquence nous ne négligeons aucune dimension par rapport à une autre et nous considérons le monde dans sa totalité par rapport à la perspective de notre réalisation.

Nous ne reconnaissons aucune autorité hiérarchique, mais honorons ceux qui enseignent, respectons ceux qui partagent leur grande connaissance et sagesse, ainsi que ceux qui se sont courageusement offerts à l’animation d’un groupe.

Nous croyons que la religion, la magie et la sagesse sont trois expressions d’une même voie que nous rencontrons dans la façon de voir le monde et dans la philosophie de vie que nous appelons le paganisme.

S’enorgueillir du titre de “païen”, de “sorcier”, de “mage” ou de quelque autre de ce genre ne rend pas tel, l’hérédité pas davantage, ni la collection de titres, degrés et initiations. Un “mage” cherche à contrôler les forces présentes en lui et fait son possible pour vivre avec sagesse, sans faire de tort aux autres et en harmonie avec la nature.

Nous croyons à la réalisation de la vie, à l’évolution, au développement de la conscience éclairant notre compréhension de l’univers, ainsi qu’au rôle personnel que nous tenons au sein du monde.

Notre seule animosité envers le christianisme ou envers toute autre religion ou philosophie de la vie, repose sur leur prétention à être “la seule voie” cherchant ainsi à dénigrer la liberté de pratique et de croyance.

Nous ne sommes plus aujourd’hui menacés par la discussion sur notre histoire, nos origines et la légitimité de nos traditions. Nous nous sentons essentiellement concernés par notre présent et notre futur.

Nous ne reconnaissons pas l’existence d’un principe absolu du mal qui serait par exemple représenté par des entités comme “Satan” ou “Diable”, dans la tradition chrétienne. Nous ne recherchons pas la souffrance et ne reconnaissons pas de vertu particulière à la mortification.

Nous croyons que nous devons rechercher dans la nature ce qui contribue à notre santé et notre bien-être.

 

 

 

Auteur Morgause

Source "Witches & Witchcraft Encyclopedia" de Rosemary Ellen Guilley

 

L’origine exacte du rede est inconnue. Selon G. Gardner le «  rede » dériverait d’un "moto" prononcé par «Good King Pausol »  ( il est impossible de trouver quelques informations au sujet de ce roi car il semblerait qu’il s’agisse d’une fiction ; encore une fois tout le « sérieux » de G. Gardner ) qui déclarait : « Faites ce que vous voulez aussi longtemps que vous ne blessez personne ». Des générations de sorcier(ère)s ont adhérés à cette maxime. Mais il semblerait que l’origine de ce « rede » ne remonte pas plus loin que les années 40 ou 50 lorsque G. Gardner s’inspira d’une maxime d’Aleister Crowley « faire ce que l’on veut est la seule loi » qui croyait profondément que si chaque individu connaissait le vrai moi intérieur et le suivait, il s’harmoniserait automatiquement à l’univers. Le mot « rede » tirerait son origine du vieux anglais « roedan » qui veut dire «  guider ou diriger ».

Le « rede » a sûrement été établi afin de faciliter l’acceptation du public pour la sorcellerie moderne. Il est depuis interprété par bien différentes façons et influence les sorts.

Les sorcier(ère)s ont le profond sentiment et respect pour le libre arbitre de toutes créatures vivantes et n’admettent pas l’utilisation de la magie pour influencer ce libre arbitre. Pour eux, il n’est pas éthique d’utiliser la magie pour blesser ou manipuler. Et beaucoup d’entre eux ne se permettraient jamais de « jeter » un sort sans l’autorisation de la personne concernée, même s’il s’agit de sorts de guérison. La croyance veut que les « violeurs » de cette interprétation souffriront de la loi karmique et en subiront les effets négatifs.

Pourtant qui peut émettre une limite et où celle-ci se trouverait-elle ? Il est très difficile de dire si l’on manipule ou non le libre arbitre d’un individu et beaucoup de sorcier(ère)s sont en désaccord à ce sujet. Il serait extrême de ne pas pouvoir arrêter des violeurs, meurtriers ... etc car il s’agirait d’une manipulation du libre arbitre de ces personnes. Mais vouloir protéger les victimes serait tout aussi controversé. Certains sorciers préfèrent « jeter » un sort de « liage », un sort qui arrête ou empêche le mal en liant celui-ci sans pour autant interférer avec le libre arbitre. Par exemple : « jeter » un sort de façon à ce qu’un meurtrier soit attrapé ou pour arrêter le massacre des baleines, en précisant qu’il s’agit de faire ceci pour « le bien de tout » ( en anglais, for the good of all )

Afin de rester éthique, il veut mieux « jeter » le sort sur la situation et non sur la personne. Par exemple : demander une solution à un problème et non imposer une solution «  pour le bien de tout ». Il en va de même pour les sorts amoureux. Il est strictement interdit de forcer qui que ce soit à aimer quelqu’un mais l’on peut demander que « la bonne personne » nous soit présentée.

Il reste que certains sorcier(ère)s pensent que l’interprétation du « rede » est devenue sirupeuse et qu’aujourd’hui beaucoup pratique une magie enfantine, sans aucunes conséquences. Mais s’il est de notre devoir moral d’arrêter un crime physique, alors il doit être moral d’arrêter magiquement ce même crime. Certains sorcier(ère)s  n’hésitent donc pas à pratiquer une magie préventive dans certains cas et s’en portent très bien.

Dans certaines cultures, un sorcier qui refuserait de « jeter » un sort sur l’ennemi serait tout simplement bon à rien. Aujourd’hui, le sorcier(ère)  souffre d’une réputation ancestrale et tente de rétablir la vérité en tombant peut-être dans un excès «  sincère ». Il est donc important de bien définir le rituel et le sort que l’on va « jeter », et garder à l’esprit que ces mêmes rituels seront toujours  pour «  le bien de tout ».

 

"AN IT HARM NONE, DO WHAT YE WILL"

Traduction d'un texte des “Servants Of The Elder Gods”,

Rocky Mountain Coven and James C. Taylor.

Traduction française © Asa

Le propos de cet article est d'analyser le Wiccan Rede, les types de conduite qu'il exclut, et les types de conduite qu'il requiert. Nous commencerons avec une analyse détaillée du Rede lui-même, qui a l'air "pseudo-archaïque" mais dont les mots ne sauraient trouver d'équivalent même en Anglais moderne. Nous regarderons ensuite les deux parties du Rede, et expliquer pourquoi elles sont écrites dans cet ordre là. 

LE VOCABULAIRE DU WICCAN REDE 

Comme mentionné plus haut, le Rede est présenté dans une forme d'anglais pseudo-archaïque. Folie douce ou choix délibéré ? Regardons le Rede, mot par mot. 

AN

Traduire ce mot par "si", comme c'est souvent le cas, est une erreur de taille. Il serait plus précis de le traduire par "tant que" ("as long as")

 IT

Cela. Ce pronom désigne tout ce que vous pourriez être tenté de faire.

HARM

Se réfère à tout ce que vous ou une autre personne, impliquée par le "it" précédent, considérerait être une perte, dommage, souffrance, inconfort, injustice, empêchement, relatif à ce que la situation était avant que le "it" ne soit commis.

Tout ce qui va à l'encontre de la liberté d'une autre personne, même si les intentions étaient bonnes, est une nuisance considérable.

NONE

Ce mot-là est très facile à comprendre. "None" est un mot qui exclut tout. Si vous blessez quelque chose ou quelqu'un, y compris vous, y compris un caillou à Trenton, New Jersey, vous avez blessé "some" (quelqu'un ou quelque chose), et non pas "none" (rien ni personne)

DO

Entendre par-là le fait d'effectuer toute action complétée par le "IT", ci-dessus.

WHAT

Sa signification en anglais serait "Whatever" (tout ce que...), et se rapporte à ce qui suit. 

YE

Le pluriel archaïque de "you". Le "you" actuel est utilisé à la fois pour le singulier et le pluriel ; le "YE" archaïque est toujours au pluriel. Nous verrons plus bas que ce n'est pas un hasard. 

WILL

Le verbe "to will" implique un pouvoir de décision pour déterminer quelle serait la meilleure action à entreprendre. "Will" n'a que peut de rapport avec "wish" (souhaiter) ou "want" (vouloir) ou "desire" (désirer). Ce n'est pas une question de sentiments, d'émotions. C'est juste l'emploi de la raison pour prendre la décision la plus adéquate.

 

LES DEUX PARTIES DU WICCAN REDE

A.   Première partie : "AN IT HARM NONE".

Pourquoi le Rede ne dit-il pas plutôt "Do what ye will, an it harm none" ?

Il y a une raison pour laquelle "An it harm none" vient en premier dans le Rede, et cette raison est que "An it harm none" doit arriver en premier dans vos pensées, en tant qu'initié et pratiquant de la Wicca.

Si vous, ou n'importe quel Wiccan commence à dire "Do what ye will", je peux vous assurer que vous, comme les fondamentalistes avant vous, y trouverez une excuse qui justifierait toutes les choses plus ou moins répréhensibles qui vous viendraient à l'esprit !

Sachant cela à propos de la nature humaine, la Dame qui a écrit le Rede la souhaité ainsi, avec le "An it harm none" en premier.

Le "An it harm none" du Wiccan Rede a des équivalents dans beaucoup de disciplines. Le plus flagrant est sans doute dans le Serment d'Hippocrate prêté par chaque médecin avant qu'il soit déclaré apte à exercer. La première partie de ce serment recommande au médecin de "Premièrement, ne blesser personne." Il est étonnant de se rendre compte à quel point l'éthique magique, telle que déterminée dans le Wiccan Rede, est ou devrait être si semblable à l'éthique médicale, un sujet à l'emprise tellement puissante, et sur tellement de vies.

Quand nous lisons qu'un médecin a violé son éthique médicale, nous lisons ceci avec le médecin dans le rôle du méchant et avec sympathie pour ses patients qui ont souffert de soins bâclés parce que le médecin a violé son éthique. Les futures générations considéreront des violations de l'éthique magique avec le même degré d'outrage, et auront raison, ce qui nous donne à réfléchir.

B.   Seconde partie : "DO WHAT YE WILL."

Même sans la première partie du Rede, "do what ye will" n'est certainement pas une permission ou un prétexte de faire tout ce que vous voulez. Comme un Haut-Prêtre Wiccan le faisait remarquer, "le pouvoir corrompt, et la puissance absolue altère complètement." J'ai déjà entendu ça quelque part, mais c'est certainement vrai quand vous parlez d'utiliser la vraie magie pour accomplir de vraies choses dans le vrai monde.

Quand nous nous efforçons de penser à toutes les conséquences, attendues ou non, possibles ou non, qui découlent de quasiment chaque action humaine, il semblerait sage de ne rien faire du tout, en particulier dans le domaine spirituel, qui est guidé par la sagesse humaine ! Malheureusement, ne rien faire est aussi un choix, et les résultats consécutifs à l'inaction sont souvent bien pires qu'une action irréfléchie. C'est pour cela que la seconde partie du Rede demande que nous prenions des décisions et que nous agissions en conséquence, à la condition que cela ne blesse personne.

 

Rede Wiccan en français à télécharger

 

Ces articles " Philosophie" et " Rede " sont  extrait et résumé du cours WHW