moon info

 

Accueil

Cours

Wicca

 Esbats

Sabbats

Librairie

Pratique

Magie

Chakras

Divination

Herbalisme

Pierres

Bougies

Planètes, ...

Bains

Légendes

 Webzines

Downloads

 

Copyright© 2003 - 2025

Tout droit réservés

Les pages de ce site

sont un condensé de mon cours WHW

 
 

Les Elfes La legende d' Arthur Legende Sioux Initiation préhistorique Legende de Yule Les trois royaumes Izanagi et Izanami Le Deluge Les Vierges Noires Salamandre Boudicca La Création

 

Auteur " Rowan Fleur de Sorbier", du cours WHW

 

 Enfant, Boudicca regarde la vie d’un œil limpide : il existe sa tribu, les autres tribus et Rome.
Certaine que ce sont des faits immuables telle la présence de la Déesse Andrasta dans la vie de toutes les guerrières et de tous les guerriers iceniens.
Le père de Boudicca lui parle souvent des autres tribus. Il veut lui apprendre ce qu’est être le seigneur. Elle est son enfant unique, celle qu’il chérit et dans laquelle il met tous ses espoirs, toute la fierté de son peuple.
Boudicca écoute son père. Il lui dit que des tribus perdent les valeurs qui ont toujours été celles des tribus d’ Albion. L’amour de la guerre et de son ennemi, le respect des druides et des divinités de leurs terres.
Sous sa couronne de boucles rousses, Boudicca pressent de toute sa conscience enfantine que le monde bascule sans le voir et qu’elle-même est encore aveugle.
Pour le moment, son unique souci est que son épée de bois devienne un jour une épée de fer et que son bras encore frêle se transforme en celui d’une reine guerrière.

Boudicca chevauche, chasse et se bat. C’est une jeune fille dont la chevelure la distingue autant que le torque qu’elle porte. Son père accompagne la Déesse vieillissante ou bien est-ce l’inverse… Rome répand sa séduisante lèpre sur Albion sans saisir les irréductibles tribus de l’ouest et l’île sacrée de Mona.
Le roi des iceniens est obligé de louvoyer entre les principes tribaux séculaires et les exigences romaines. Il craint que Rome, fière de sa victoire sur le dernier arviragus, ne se lance dans la conquête d’ Albion toute entière. Dans ses rêves, il voit ses fiers ennemis d’antan écrasés sous la louve, leurs dieux bafoués puis oubliés et les druides agonisants.
Déjà ces derniers deviennent des ombres blanches que l’on ne rencontre qu’à la faveur de la nuit quand le soleil de Rome se couche.
Ils dirigent leurs pas hors des sentiers tracés par les légions. Ils évitent une mort inéluctable avec la sagesse dans leurs yeux et la peur au ventre.

Les empereurs de Rome la terrible se succèdent. Ils sont si loin qu’ils ne voient pas la terre de Boudicca et des siens. Leurs regards sont des poignards qui ne veulent atteindre que la cible de la victoire. La suprématie absolue pour que leurs vies soient justifiées. Ils se veulent plus élégants, plus raffinés, plus intelligents, au-delà de tout et des autres.
Ils veulent transformer les loups en chiens, leur mettrent un collier en leur faisant croire que c’est ce qu’il y a de mieux. Ils ne savent pas regarder la vie sauvage sans jalousie. Ils portent le masque de la charité pour cacher la monstruosité de pensées ignominieuses.
Boudicca comprend tout ça, son cœur tressaute en silence pour se libérer des chaînes dorées qui essaient d’étouffer la future reine qu’elle est.

Le père de Boudicca meurt. Elle pleure de tristesse et de soulagement car elle sait qu’il ne verra pas le pire. Il est mort dans le crépuscule d’Albion en pensant qu’il est possible de rester icénien. Une jeune Andrasta renaît avec l’avènement de sa promise.
Pourtant la Déesse ne peut laisser libre cours à sa colère. Elle doit encore supporter la spoliation de Rome car Boudicca aime.
L’homme de Boudicca ne veut que la paix, quelle que soit son prix.
Prasutagus accepte des compromis déguisés. Boudicca l’admire mais n’est pas convaincue. La Déesse lui souffle l’horreur qui couve.
Des tribus se battent encore à l’ouest. Chacune des victoires emportées est un grain d’espoir dans le cœur fertile des tribus asservies d’Albion.
Boudicca enrage mais son époux l’exhorte à ne pas se laisser envahir par ses sentiments. Il pense à elle et à leurs filles. Il veut les voir vivre même si cela signifie qu’il faille renoncer à leur identité, leurs croyances.

Les tribus libres et asservies savent qu’elles assistent aux derniers jours de leur combat désespéré. Rien ne semble pouvoir les sauver des mâchoires d’acier romaines.
Les derniers résistants de l’ouest courent dans les bois. De plus en plus amaigris de campement en campement, de combat en combat.
Le feu dont ils se privent est dans leurs cœurs. Leurs étonnants soubresauts meurtriers pour leur liberté ne cessent d’étonner Rome.
Ils deviennent dangereux. Le nouvel empereur l’est d’autant plus.
Il a le regard de l’aigle et l’intelligence froide de la guerre. Ses pions en carapace sont des milliers. L’empereur les envoie par vague à travers les mers. Dirigés par des chefs dont l’envie d’impressionner une cour fat et spécieuse est impérieuse.

C’est le printemps, les angoisses murmurées autour des feus des tribus d’Albion sont comme le chant de cigales sinistres. Entêtant, hypnotisant. Chacun se regarde, se cherche querelle, se noie dans le passé. Les anciennes ambitions sont sapées. Les expéditions vengeresses ont été abolies au profit de lois venues trop tôt et qui ne ressemblent pas au cœur de leurs terres.
Boudicca est rongée par la mort. Prasutagus a rejoint les ancêtres. Son rempart l’a quittée. Andrasta lui souffle à chaque instant de se révolter. Les filles de Boudicca regardent leur mère. Leurs regards est celui de Prasutagus.
En secret, des armes se forgent dans le feu de la rage trop longtemps contenue de la reine guerrière.
La nouvelle se répand : il faut se préparer au combat. Chaque icénien retire de la terre à laquelle ils les avaient confiés les épées et les boucliers.

Les romains prennent possession du village de Boudicca. Elle est le chef qu’ils ne reconnaissent pas. Une condescendance à peine polie est témoignée à Boudicca. Elle fulmine. Ils sont là pour prendre ce que Prasutagus a tenté de sauver jusqu’au bout à force de discussions avec le gouverneur de Rome.
Prasutagus, les traditions, l’identité celte ne sont plus.
Boudicca sent son cœur s’envoler en même temps qu’elle hurle, gifle et crache sur ses romains qui l’écœurent.

Ils étaient venus pour des richesses imaginées. Ils prennent la dignité de Boudicca et de ses filles.
Ils repartent avec le cœur et des chariots remplis de biens mal acquis.

La nuit couvre les âmes endolories. Boudicca veille à la lueur de sa fureur et de son dégoût.
Dans le regard de ses filles, elle ne voit plus rien.
Elles ressemblent à Albion. Ravagées.

Boudicca annonce que l’heure a sonné. Elle et ses compatriotes attaquent et tuent. Telle la mouche du coche, elle et son armée assaillent les troupes de Rome.
Elle agace aussi les généraux romains. Une femme qui a la force et l’intelligence de se mesurer à eux et de les tourner en dérision.
Il la leur faut. Il leur faut sa tête.

Le jour est couronné de soleil. La nature étale sa splendeur sous les pieds des guerriers et des soldats. Le parfum de la terre ne parvient pas à réchauffer ceux qui se font face. Elle échoue dans sa tentative silencieuse de leur faire comprendre que tout à sa place et que changer les choses trop vite est meurtrier.
Boudicca est splendide sous l’astre du jour. Elle est Albion à l’âme qui saigne. Elle est une souveraine couronnée de flammes chatoyantes.

Le combat s’engage. Le désespoir et la volonté de vaincre s’affrontent. Un à un, pied par pied, les hommes de Boudicca tombent en hommes libres. Les filles de la reine versent leur sang sur la terre gorgée d’horreur.

Elle est seule à l’orée de la forêt. Elle contemple Albion qui est tombée. Les larmes ne lavent pas le sang qui la couvre. Plus rien ne la retient à ce sol qui ne lui appartient plus.
Lentement, elle se redresse. Lourdement, elle prépare sa mort.
Son dernier souffle caresse sa terre aimée alors qu’elle s’abat sur son épée.
Rome a gagnée.



Les descendants d’Albion et de Rome vivent. La vie va vite. Le passé est une succession de mot sur le papier.
La reine guerrière est devenue un symbole de l’unité nationale anglaise.
Sa statue surplombe un pont. Un pont entre deux mondes.