moon info

 

Accueil

Cours

Wicca

 Esbats

Sabbats

Librairie

Pratique

Magie

Chakras

Divination

Herbalisme

Pierres

Bougies

Planètes, ...

Bains

Légendes

 Webzines

Downloads

 

Copyright© 2003 - 2025

Tout droit réservés

Les pages de ce site

sont un condensé de mon cours WHW

 
 

Les Elfes La legende d' Arthur Legende Sioux Initiation préhistorique Legende de Yule Les trois royaumes Izanagi et Izanami Le Deluge Les Vierges Noires Salamandre Boudicca La Création

 

Auteur  "Céline", du cours WHW

Retrouvez de magnifiques images sur le site de Selina Fenech

 

Le mythe des elfes a pour origine l’Islande. Deux légendes circulent, la première étant de source païenne et la seconde chrétienne.


1 . Source païenne

La mythologie nordique est constituée des légendes provenant de la religion pratiquée autrefois dans une grande partie de l'Europe du Nord (Allemagne, Scandinavie, Islande, mais aussi Angleterre). Ces légendes restent mal connues, notamment du fait de la fragilité des sources dont on dispose (la plupart étant constituées d'écrits rédigés par des chrétiens à partir du Xe siècle - date à partir de laquelle la religion nordique cède progressivement devant le christianisme).
Dans la mythologie nordique, l’univers était composé de trois étages. Au premier était Asgard, royaume des dieux, les Ases et les Vanes. Vraisemblablement apparus à deux époques différentes et amalgamés au tout début de l'antiquité nordique (avant le IIe siècle av. J.-C.). Les dieux les plus anciens, les Vanes, sont des dieux de la nature, de la fécondité et de la prospérité. Les plus récents sont des dieux plus typiquement indo-européens, et en cela plus proche des dieux gréco-romains, tel Odin, associé à Hermès/Mercure, et Thor, associé à Zeus/Jupiter. Au centre d’Asgard se trouvait le Walhalla, il s’agissait du paradis des guerriers morts au combat mais aussi du palais d’Odin. A ses cotés était Vanaheim, pays des dieux Aves. Enfin, à se plus haut niveau, on pouvait également trouvé Lightalfaheim, la terre des elfes ou Alfes de Lumière.

Au niveau intermédiaire se trouvait Midgar, royaume des hommes, Jothunheim, celui des géants et Svartalfheim, pays des nains et des elfes noirs.

A l’étage le plus bas se trouvait Niflheim, royaume de la glace et des brumes, mais aussi Muspellsheim, monde de feu, gardé par le géant Surt et enfin Helheim gouverné par Hel, ce lieu recueillait les âmes des morts qui avaient péris de vieillesse, de maladie ou d’accident.

Asgardr et Midgar étaient reliés par le mythique pont de Bifrost, qui apparaissait aux humains sous la forme d’un arc en ciel.
Le tout était porté par l’arbre géant Yggdrasil, qui était plus vieux que l’univers et qui serait la seule chose survivante de Ragnarök ( : « destin fatal des dieux » en vieux scandinave).



2 . Source chrétienne

Les chercheurs croient que les elfes tirent leur origine dans l’ancienne religion nordique. Pourtant, dans une célèbre collection de contes islandais, (rédigée par Jón Árnason) on trouve une autre explication: une fois, Dieu a visité Adam et Eve. Ils lui ont montré tout ce qu’ils avaient, y compris leurs enfants, mais seulement ceux qui étaient bien lavés et propres. Eve ne voulait pas montrer les enfants sales à Dieu, et les a cachés. Mais Dieu savait ce qu’elle faisait, et a décidé que ceux qui lui étaient cachés, ainsi leurs descendants, devraient toujours être cachés des yeux des hommes. Depuis, les elfes sont invisibles pour les yeux des humains – sauf pour les yeux des humains clairvoyants, ou lorsque les elfes eux-mêmes veulent être vus. Ils vivent habituellement dans de grandes pierres, dans des roches ou des buttes.

 

3 . Ce que l’on dit sur les elfes

Les elfes ressemblent aux humains, mais sont plus intelligents. Ils portent souvent des vêtements plus voyants que les humains. Ils vivent également comme les humains et travaillent avec les mêmes choses. Ils passent parmi nous à l’époque de Nöel, et dansent et s´amusent dans les maisons des hommes, pendant que ces derniers vont à l´église.
Les elfes peuvent être bons ou mauvais, selon la façon dont ils sont traités. Ils demandent souvent l´aide des humains, par exemple lorsqu’une femme elfe a des difficultés à mettre au monde un enfant. Ils remercient généreusement ceux qui les aident en leur offrant un trésor.
Plusieurs contes populaires racontent l´histoire d´un elfe et d´un humain qui tombent amoureux. Un humain peut bien se marier avec un elfe, mais dans ce cas, l´humain doit rester avec les elfes pour le reste de la vie, étant invisible aux autres humains. Dans la situation inverse, l´elfe peut choisir de quitter son monde, d’aller vivre avec les humains et de faire comme eux.



4 . La place des elfes, de nos jours, en Islande

La croyance en les elfes existe encore en Islande. Par exemple, lorsque des routes nouvelles sont construites, on voit souvent que les constructeurs passent à côté de pierres qu’on pense être habitées par des elfes, et que les hommes n’ont pas touché.
Si par malheur on dérange les elfes, on se crée des problèmes....
Enfin, à l'"École des elfes", on peut participer aux cours sur les elfes et visiter les régions connues pour être habitées par eux, dans Reykjavík et sa banlieue.
Quelques-uns, même, en auraient vu...

 

Image de la rue Álfhólsvegur à Kópavogur (en banlieue de Reykjavík),
où les constructeurs ont du faire un détour pour éviter une butte qu´on pense être habitée par des elfes.


 

A lire, extrait de l’interview d’Isabella Lacourtiade pour ARTE Magazin :

Partez avec nous au pays des elfes…
Erla Stefánsdóttir est professeur de piano dans la vraie vie, mais quand elle était petite, elle jouait déjà avec les enfants des elfes. « Je peux voir les elfes et leur parler. J’aimerais faire profiter tout un chacun de ce don. Je veux protéger les elfes. » Celle qui est devenue « Madame la chargée nationale des affaires elfiques » nous explique qui sont ces personnages de légende : « Ils peuvent être de type très différents ; il y en a des grands et des petits. Certains nous ressemblent beaucoup. Ils ont des voix magnifiques et chantent des heures durant. Ils portent des vêtements aux couleurs vives, sont physiquement très proches de nous. La plupart d’entre eux sont roux et ils sont très sociables. » Grâce à son don unique, Mme Stefánsdóttir connaît plus d’une soixantaine d’espèces d’elfes au total. Chez elle, elle héberge même son elfe personnel qui adore manger de la bouillie. Chaque année, elle dépose un plat de bouillie pour qu’il puisse « faire le plein d’énergie ».
Les elfes sont en fait invisibles pour les hommes. Ils ne se montrent que dans des situations exceptionnelles, soit pour prêter assistance, soit quand eux-mêmes ont besoin d’aide. Leur rôle est de rappeler l’importance de la nature aux hommes.

Vivre en bonne intelligence avec les elfes
« Chez nous, très peu de gens croient à l’existence des elfes, mais d’un autre côté, nous ne sommes pas prêts à nier leur existence », déclare Arni Björnson, connaisseur des coutumes régionales et des elfes. « Notre mentalité est empreinte de scepticisme. Nous habitons un pays où tout est imprévisible – les endroits où pousse aujourd’hui encore de l’herbe peuvent se transformer en lave et en cendres. Nous avons appris à ne pas trop nous fier à ce que nous voyons. » Les esprits qui peuplent les vieilles légendes islandaises ont encore un rôle important au quotidien, notamment pour les personnes âgées qui vivent dans les zones rurales, à l’écart de la modernité de Reykjavík ; là-bas, les forces originelles du pays font une démonstration de leur puissance. Et il est préférable de manifester du respect à ces apparitions surnaturelles, on ne sait jamais ! Les elfes et autres créatures sont « l’expression de la vie intérieure de la nature », nous dit Erla Stefánsdóttir au cours d’un entretien. Et ce, pas seulement sur l’île, mais partout ailleurs : « Il faut seulement faire attention à eux ». La direction municipale de l’équipement ou parfois des particuliers font appel à Mme Stefánsdóttir pour qu’elle localise ces créatures légendaires. Car il s’agit d’éviter de blesser un elfe en construisant une route. Il arrive donc que le tracé d’une route soit modifié lorsque les accidents se multiplient à un endroit donné : ce sont certainement des elfes mécontents qui sont à l’origine de ces mystérieux accidents ! Ils font partie de la culture quotidienne de beaucoup d’Islandais, ce qui explique pourquoi ils sont un thème de prédilection dans les journaux locaux.
La majorité des Islandais soutiennent leur « chargée des affaires elfiques » quand il s’agit une nouvelle fois de modifier ou de stopper un projet de construction qui menace un espace de vie séculaire des elfes. La protection de la nature n’est pas un vain mot sur cette île où on continue de croire aux elfes. Pour ne pas les importuner, il ne faut rien construire à l’endroit où ils habitent car ils sont très farouches. Cela risquerait, dans le pire des cas, de perturber les bons rapports entre l’homme et ce peuple naturel vivant en harmonie avec la nature.
La plupart du temps, les Islandais vivent en bonne intelligence avec les elfes. Citons le cas d’Alfholsvegur, la route « de la colline des elfes » : entre Reykjavík et Kópavogur, elle contourne une colline où l’on pense que vivent des elfes. On trouve un autre exemple insolite dans la ville de Grundafjördur : dans la rue principale, un gros rocher se dresse entre les maisons n° 82 et n° 86. Le n° 84 est évidemment une habitation elfique.

Magie et marketing
La petite ville portuaire de Hafnarfjördur, à proximité de Reykjavík, a eu l’idée de développer une stratégie de marketing quasiment magique et en tous cas très astucieuse pour attirer les touristes : « Hafnarfjördur possède l’une des populations d’elfes et autres esprits les plus grandes et les plus diversifiées de toute l’Islande. Depuis toujours, nous croyons que des elfes habitent ici », dit la légende de la carte établie par Mme Stefánsdóttir, où sont répertoriés tous les habitats elfiques. Le touriste intéressé peut ainsi cibler ses recherches. Dans le prospectus officiel de la ville, Erla Stefánsdóttir raconte comment sont les elfes du cru : « Ils habitent dans des grottes volcaniques et affectionnent la nourriture de couleur claire. Ils mangent du poisson, des produits laitiers, des œufs, des légumes, des fruits et des fleurs. »
Même si la plupart des Islandais croient en leurs elfes, d’aucuns ont un sourire entendu face à l’enthousiasme fervent des étrangers pour ces créatures. Mme Stefánsdóttir en tous cas a des sentiments mitigés : « Il est vrai que les elfes font parfois l’objet d’une commercialisation. Mais cela les rend plus proches de l’homme et permet ainsi de mieux les protéger. »

Porter un autre regard sur le monde
Serait-ce la nature intacte et toujours changeante d’un pays à faible densité qui conduit ses habitants à croire en des pouvoirs magiques, ou plutôt la christianisation tardive à partir du Xe siècle qui n’a jamais vraiment chassé les croyances païennes ? Impossible de le dire. Le fait de parler avec des elfes et de les protéger peut paraître étrange aux autres Européens – pourtant, les elfes font bel et bien partie de la vie des Islandais.
Ceux qui visitent l’Islande pourront découvrir des choses incroyables au pays des elfes. La nature grandiose et quasiment déserte leur laissera des impressions inoubliables – et la magie n’est alors jamais très loin. C’est au pied du volcan Snaefellsjökull que commence d’ailleurs la fantastique aventure des héros du « Voyage au centre de la terre » de Jules Verne. Erla Stefánsdóttir trouve aussi que c’est un lieu mythique : « Chacun peut ressentir l’énorme énergie dégagée par un volcan. »



5 . Les elfes dans la littérature moderne

Ils sont généralement décrits comme des êtres intelligents, plus petits et plus fins que les humains, bien que dotés d'une longévité exceptionnelle (plusieurs centaines d'années). Leurs oreilles sont censées être pointues, ce qui permettrait de les reconnaître sans ambiguïté.
La civilisation des elfes est réputée par les auteurs du genre comme étant raffinée bien qu'en décadence ou en repli sur le monde. Les elfes seraient un peuple de la forêt, milieu dans lequel ils seraient le plus à l'aise en raison de leur grand amour de la nature.

Découvrons entre autres :

 

puce Dans Arda, le monde de J.R.R. Tolkien
Les elfes sont des êtres sages et immortels (vieillesse et maladies n'ont aucun effet sur eux). Seule une souffrance trop grande ou un rejet de la vie, ainsi qu'une mort physique, peut les tuer. Lorsqu'un elfe meurt, son esprit va hanter les cavernes souterraines d'Arda. Ce sont les premier-nés, conçus par Ilúvatar seul. Il existe de multiples peuples d'Elfes : Eldar, Avari parmi lesquels des sous-peuples et diverses familles.

 
puce Les elfes dans Donjons et Dragons
Les elfes sont des créatures humanoïdes de taille moyenne (environ 1,50 m) ; ils ont les oreilles pointues. Ils ont des aptitudes naturelles à la magie, et notamment une résistance lorsqu'un magicien ou une créature essaie de prendre contrôle de leur personnalité. Ils sont agiles et silencieux mais assez peu endurants. Ils peuvent voir dans le noir (jusqu'à environ 20 m) et ont un sens aigu de l'observation. On dénombre plusieurs peuples d’elfes.

 
puce Les elfes dans le monde de Palladium
Les elfes sont des êtres humanoïdes vivant en moyenne 600 ans (quelques rares elfes vivent jusqu'à 1 000 ans). Il sont grands (1,80 à 2,90 m), sveltes (45 à 112 kg) et élégants, avec des cheveux bruns ou noirs, des yeux sombres et des oreilles pointues. Ils voient dans le noir jusqu'à environ 20 m et ont des prédispositions pour les pouvoirs psychiques. Ils ont sans doute développé des pratiques magiques très puissantes durant l'Âge des mille magies (vers -70 000 ans) mais ces savoirs se sont depuis perdu.

 
puce Les elfes dans les Annales du Disque-Monde
Dans Nobliaux et sorcières les elfes (ou Nobliaux, Lumineux, Seigneurs...) sont beaux (ils sont « glamours »), mais surtout méchants et cruels. Ils vivent dans un univers parallèle et tentent de s'introduire dans le monde des humains pour le dominer. Ils craignent toutefois le fer, qui brouille leurs sens.